mercredi 1 avril 2015

La régression intellectuelle de la France

La régression intellectuelle de la France
La régression intellectuelle de la France

La France est en phase de régression intellectuelle, parce que la vie scientifique suppose la liberté totale de critique et que cette liberté n'existe plus dans le pays. L'auteur analyse notamment les lois de censure (loi Gayssot, loi sur la HALDE, lois dites « mémorielles »...) qui exposent à l'amende ou à la prison ceux qui osent dire certaines vérités contraires à l'orthodoxie régnante ou seulement aborder certains sujets tabous. La thèse est qu'une nouvelle religion, protégée par de nouveaux tribunaux d'Inquisition, règne au pays de Voltaire et de Beaumarchais, le rendant aveugle et incapable de penser scientifiquement son avenir.
Philippe Nemo, né en 1949, est un philosophe et un historien des idées politiques français, professeur de philosophie à l'École supérieure de commerce de Paris — Europe de tendance néo-libérale. Ses domaines de recherches vont du libéralisme (notamment Friedrich August Hayek dont il est le principal promoteur français) et de l'idée d'Occident, à l'étatisme et à l'idée nationale de république. Il a aussi publié des études sur les problèmes contemporains de l’éducation et de la pédagogie auxquels il propose des solutions libérales: privatisation, mise en concurrence des établissements.